La Conca de Tremp est l’excellence de la géologie.

Il y a 70 millions d’années, la mer a commencé à se retirer de la Conca. Les sédiments ont laissé des paysages boueux, avec une abondante végétation. Dans cette ambiance ont vécu les derniers dinosaures des Pyrénées. Ces circonstances ont été propices, avec le temps, à la création des substrats de la terre idéaux pour la culture d’un bon vin.

Depuis toujours, à Pallars, la culture des vignobles et l’élaboration du vin ont été leur principale économie, conjointement avec la culture des céréales, des amandiers et des oliviers.

La commercialisation de l’huile et du vin pour les Pyrénées et la vallée d’Aran profitait à tout le monde. Mais la phylloxéra est arrivée ici et a mis fin aux vignobles.

Des sérieux problèmes économiques sont arrivés à la Conca. Les familles ont pris des différentes décisions et la plupart des champs de vignes sont devenus des terrains vagues.

Dans cette ambiance de faible économie, TROIS impacts ont eu lieu auxquels personne ne s’attendait :

1.- LA CANADIENSE, avec son projet de produire de l’énergie électrique grâce aux chutes d’eau.
Ceci a été une révolution pour le territoire et la base de la seconde révolution industrielle de la Catalogne.

2.- LA MÉCANISATION DE LA CAMPAGNE. Le tracteur mécanique a remplacé la traction animale.
Ces impacts ont changé la société et l’économie et avec ces bases on a commencé à cultiver à nouveau les vignes pour produire les vins de Pallars.

3.- Troisième impact : LE CHANGEMENT CLIMATIQUE. Les œnologistes proposent une culture plus élevée des vignobles.
Pallars et son territoire sont, en effet, un bon endroit.

Et le premier héros arrive : il ose monter une nouvelle cave pour les VINS D’HAUTEUR. Exemple pour d’autres experts de la Catalogne et motivation pour le reste des caves de Pallars. Avec appellation d’origine contrôlée Costres de Segre, ces vins sont de plus en plus reconnus.

Des héros et héroïnes s’incorporent à ce projet de produire des vins d’excellence et avec tendance à production écologique. Avec des variétés telles que Merlot, Syrach, Cabernet – Sauvignon et les autochtones Ull de llebre, Muscat… de nos jours on produit des vins que même le Dieu Bacchus bénit depuis l’Olympe.

En visitant les caves, nous découvrons la vie du vin et ses secrets de coexistence avec le bois et les barriques ou la pierre des cubs taillés à la main par les moines hospitaliers du XII siècle. Ici, la géologie rejoint l’œnologie.

Voulez-vous visiter une ou deux caves des vins d’hauteur ? Marchez dans les vignes, touchez leurs feuilles, sentez la terre et communiquez avec le vin. Contactez-nous pour l’organiser.